Thèmes

aimer amis amitié amour anges animaux argent background belle bisous blog bonne

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· POEMES D'AMOUR (23)
· BELLES IMAGES - ANNIVERSAIRE (73)
· BELLES IMAGES - ANNIVERSAIRE RENCONTRE (1)
· TEXTES - D'AMOUR D'AMITIÉ ET AUTRES (133)
· BELLES IMAGES - DISNEY (23)
· BELLES IMAGES - NOEL (190)
· HUMOUR (26)
· TUBES DIVERS (169)
· *MES COUPS COEURS DE MES AMIS FACEBOOK* (392)
· CITATIONS AMITIÉ (10)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· BELLES IMAGES HUMORISTIQUES
· POEMES D'AMOUR
· MONTAGES IMAGE CHEF
· POEMES D'AMOUR
· POEMES D'AMOUR

· LA VALEUR D'UN JE T'AIME -TEXTE DE MOI
· COUPLE SENSUEL
· GIFS HUMORISTIQUES
· COEUR BRISÉ
· ATTENTION CHANGEMENT D HEURE AU CANADA
· GATEAUX DE MARIAGE
· ROBE DE MARIÉE
· GIFS ANIMÉS COEUR BRISÉ
· ALADIN DISNEY
· GIFS ANIMÉS COEUR BRISÉ

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 10.04.2008
Dernière mise à jour : 28.04.2015
7756 articles


Liste de lecture Deezer
Images
la solitude

Le bon compagnon est meilleur que la solitude et la solitude est meilleur que la mauvaise compagnie%uFEFF

TEXTES - D'AMOUR D'AMITIÉ ET AUTRES

Perdre un enfant

Publié le 24/11/2014 à 19:38 par guylainounette Tags : vie roman amour background amis mort dieu message enfant aimer pensées bébé

Quand on accueille un enfant dans une famille c'est une Joie immense pour tous,
Parents, Grands-Parents. C'est la vie qui continue. C'est l'espoir. 
C'est le but de tous nos gestes, de toutes nos pensées 
C'est pour lui qu'on a le courage de se battre face aux difficultés.

Mais quand soudain l'enfant devient fragile, 
pris par une maladie qu'on ne sait pas encore soignée, 
c'est le sol qui se dérobe sous nos pieds. 
C'est la rage de se battre encore plus. 
C'est l'amour pour l'enfant qui s'amplifie.

Tout pour lui. On triche avec les amis, on triche en faisant comme si on ne souffrait pas",
comme si on ne savait pas: C'est une façon de lutter.
Le jour de son "départ" on s'effondre, on pleure. 
On a tellement gardé ses pleurs avant, qu'il faut bien se soulager devant l'injustice de la vie. 
On est en colère, et en même temps impuissant. 
"Les amis, en en a bien besoin" ces jours-là. 

Quand on parle, le mal part un peu. On parle d'autres choses.
Mais aussi on parle de l'enfant: ce qu'il a été. 
On pose la question; son amour, son intelligence, sa chaleur, que deviennent-ils? 
On découvre alors qu’entre l'enfant et nous, cette relation d’amour existe toujours. 

Elle n'est plus matérielle, faite de sourires et de câlins. 
Mais l'enfant vit maintenant autrement. 
Il reste près de nous, invisiblement, pas
 seulement en souvenir, mais dans une réalité invisible.
il est à nos côtés. n'est en Dieu, soutenu en vie par Dieu, en vie réelle. 

Notre intelligence humaine est si faible, quelle ne peut pas le comprendre. 
Mais on s'appuie sur la Parole de Jésus" sur les actes de Jésus
qui s'est montré vivant après sa mort, à des milliers de gens qui n'étaient pas des fous illuminés.

Après tout, les médecins, les savants recueillent aussi les témoignages des gens 
qui, dans un coma dépassé, ont le souvenir d'une vie de lumière, de l'autre côté de la mort.
Alors, devant la mort de leur enfant, des parents découvrent le chemin qu'il a pris. 
Chemin nouveau, inconnu. "Un peu de nous est parti en Dieu".

L’enfant "parti" nous laisse un message, pas seulement des souvenirs.
"Il nous a fait découvrir plein de choses: d'abord ce qu'est être parent; 
ensuite nous faisons plus attention au malheur des autres. 
Enfin, il nous a fait faire un pas supplémentaire vers le"monde de Dieu".

Par lui, nous allons être différents. C'est alors l’enfant qui éduque l'adulte.
"il change nos vies. Il nous fait la leçon.

L'enfant a rempli sa mission: nous faire comprendre bien des choses, 
nous faire aimer ceux qui nous entourent.

"Merci à toi, bébé, qui nous oblige à suivre ce chemin de l'espérance.

 

 

Source: Anonyme...www.lespasseurs.com

 

Mes 12 commandemements

Voilà plus de 2000 ans que Moïse descendit du Mont Sinaï avec ses tables de pierres gravées des 10 commandements 
reçus de Dieu pour aider l'humanité à s'éveiller.

Depuis ce jour, tout bon pratiquant juif, chrétien ou musulman qui se respecte se force d'appliquer ces règles de vie morales au quotidien 
(ou du moins devrait essayer...) pour vivre en harmonie avec le Créateur.

Le monde ayant heureusement bien évolué entre temps, 
il serait peut-être intéressant de revoir ces paroles aux vues des nouvelles perspectives de l'être humain.

C'est pourquoi je propose, en accord avec les moyens technologiques actuels (je ne sais pas tailler la pierre...), 
un rafraîchissement de ces saintes paroles:

 

Après une longue et intense quête personnelle, voici finalement mes 12 commandements 
(ou plutôt recommandations, chacun étant son propre commandant...) 
qui à mon avis devraient être aujourd'hui à la base de la morale humaine:

 

1.

Je Suis Amour envers l'univers. 
Je m'aime, car je suis une partie du créateur et de sa création
Au même titre j'aime chaque autre aspect de sa création
qu'il soit minéral, végétal, animal ou humain.

 

2.

Je Suis parfait. 
Dieu m'ayant crée à son image, 
tous mes défauts et toutes mes qualités font de moi un être de perfection, 
si tant est que je reste en accord avec moi-même...

 

3.

J'aime chaque être vivant autant que moi-même, 
aussi je le respecte et le traite comme j'aimerais être traité à sa place.

 

4.

Action=Réaction: Tout ce que je sème dans l'univers (actions, paroles, intentions) me reviens en retour. 
Ceci est une loi universelle encore trop ignorée! 
Elle signifie simplement que toute l'énergie que l'on rayonne autour de soi, 
que ce soit en faits concrets, en paroles ou même rien qu'en pensée nous revient automatiquement, 
et de manière décuplée pour nous remercier d'avoir manifesté cette énergie. 
Attention: cela est vrai pour les bonnes intentions, comme pour les mauvaises...

 

5.

Je Suis créateur de ma vie. 
Puisque les événements qui m'arrivent ne sont que la résultante des énergies 
que j'ai manifestées par le passé, je peux dès lors contrôler mes pensées et actions présentes, 
pour que mon futur reflète parfaitement mes aspirations du moment.

 

6.

Le verbe est créateur. 
Par ma seule parole je transmets à l'univers mes intentions. 
Ce dernier se chargera le moment venu de les matérialiser, 
en accord avec mon bien-être suprême.

 

7.

Je Suis mon propre chef, Je Suis responsable de ma vie. 
Etant conscient de mon pouvoir de création
je comprends et j'accepte que les événements qui se présentent à moi quotidiennement, 
heureux ou malheureux, ne soient que le reflet des souhaits émis par le passé.

 

8.

Le monde est à mon image. 
Si je suis en harmonie avec moi-même, j'attire à moi l'harmonie, 
rendant petit à petit les gens alentours également plus en paix avec eux-mêmes...

 

9.

Je vis dans le moment présent: Mon futur dépendant de l'énergie manifestée à l'instant, 
je vis mon avenir dans le présent. 
De même, le passé n'est qu'un moment présent dépassé...

 

10.

Je laisse s'exprimer tous mes sentiments, afin de les remettre à l'univers et m'en libérer. 
J'exprime mes cotés artistiques (chant, musique, danse, peinture etc...) 
car à travers eux s'exprime pleinement mon essence, ce que Je Suis, et mon Amour pour la vie...

 

11.

Je retrouve mon coeur et mes visions d'enfant, 
car ceux-ci sont purs et m'aident à mieux percevoir le divin en chaque homme et en chaque situation. 
Je joue et m'amuse de cela, réapprenant qu'au final mon passage sur terre n'est qu'un jeu...

 

12.

Je relis le premier point. 
De lui découle tous les autres, l'énergie d'Amour étant celle de la Vie...

 

 

En se remémorant ces paroles quotidiennement, 
j'ose vous affirmer que votre vie se trouvera réellement chamboulée! 
Vous arriverez à manifester quotidiennement bonheur et joie de vivre.

Pour une plus grande efficacité, je vous conseille de les répéter à haute voix, 
car comme le dis le 6ème point: le verbe est créateur. 
C'est en affirmant sa volonté qu'elle devient réalité...

Si chaque être humain était capable d'appliquer ces quelques principes élémentaires, 
l'humanité serait guérie instantanément de tous ses maux (famines, guerres, violences...), 
alors joignez-vous à moi pour ensemble matérialiser un monde meilleur dès aujourd'hui...

 

 

 

Source:Florianhttp://www.monblog.ch/guerirlaterre/?p=200703071648487...www.lespasseurs.com

 

Mémo d'un Enfant!

Publié le 24/11/2014 à 19:36 par guylainounette Tags : vie moi roman background enfant

Toi qui m'aimes, ne me gâte pas trop. 

Je sais bien que je ne peux obtenir tout ce que je veux, 
j'essaie seulement. 

N'aies pas peur d'être ferme avec moi
J'aime mieux quand tu l'es, car je me sens en sécurité. 

Ne me laisse pas avoir de mauvaises habitudes. 
Si j'en ai, c'est à toi de me les faire perdre pendant que je suis jeune. 

Ne fais pas en sorte que je me sente plus petit que je ne le suis, 
ça me pousse à agir stupidement pour montrer que je suis grand. 

Ne me corrige pas en public, si tu le peux. 
Je comprends beaucoup mieux ce que tu me dis 
quand tu me parles doucement et dans l'intimité. 

Ne me protège pas trop des conséquences de mes décisions. 
Je dois apprendre les leçons de la vie. 

N'oublie pas que je ne peux pas m'exprimer aussi bien que je le voudrais. 
C'est pourquoi je ne suis pas toujours très précis. 

Ne me repousse pas quand je te pose des questions. 
Si tu le fais, je devrai trouver des réponses ailleurs. 

Ne me dis pas que tu es infaillible. 
Je reçois un grand choc quand je découvre que ce n'est pas vrai. 

N'oublie pas que j'aime faire des expériences. 
Je ne peux vivre sans elles. 

Fais preuve de patience. 
Ne te préoccupe pas trop de mes petits malaises, 
ils me permettent souvent de recevoir l'attention dont j'ai besoin. 

N'oublie pas que je grandis vite. 
C'est difficile de me suivre, mais essaie! 
Ton enfant !

 

 

Source: Anonyme...www.lespasseurs.com

 

manipulateurs ou manipulatrices en amour

Publié le 24/11/2014 à 19:35 par guylainounette Tags : vie roman background mode enfant air cadeaux pouvoir

Ces personnes sont reconnaissables comme suit :

Ils où Elles agiraient selon au moins une dizaine des caractéristiques qui suivent, non pas une fois de temps en temps, mais sans cesse.

 

Voici la liste :

1) Culpabiliser les autres

2) Reporter sa responsabilité sur les autres ou se démettre de ses propres responsabilités

3) Ne pas communiquer CLAIREMENT leurs demandes, leurs besoins, leurs sentiments et leurs opinions

4) Répondre très souvent de façon floue, évasive

5) Changer leurs opinions, leurs comportements, leurs sentiments selon les personnes ou les situations

6) Invoquer des raisons "logiques" pour déguiser leurs demandes

7) Faire croire aux autres que ces autres doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions

8) Mettre en doute les qualités, la compétence, la personnalité, l'honnêteté des autres : Ils critiquent sans en avoir l'air, dévalorisent et jugent

9) Faire faire leurs messages par autrui, ou par des intermédiaires, (tél au lieu de face à face, post-it)

10) Semer la zizanie et créer la suspicion, diviser pour mieux régner et peuvent provoquer à son insu la rupture d' un couple

11) Ils savent se placer en victimes pour qu'on les plaigne (Conjoint méchant, enfant difficile, maladie exagérée)

12) Ils ignorent les demandes, même s'ils prétendent s'en occuper

13) Ils utilisent les principes moraux des autres pour assouvir leurs besoins

14) Ils menacent de façon déguisée ou font un chantage ouvert

15) Ils changent carrément de sujet au cours d'une conversation

16) Ils évitent ou s'échappent de l'entretien, de la réunion, du rendez-vous

17) Ils misent sur l'ignorance des autres et font croire à leur supériorité

18) Ils mentent

19) Ils prêchent le faux pour savoir le vrai, déforment et interprêtent

20) Ils sont égocentriques

21) Ils peuvent être jaloux, même d'un parent ou de leur conjoint

22) Ils ne supportent pas la critique et nient des évidences

23) Ils ne tiennent pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres

24) Ils utilisent souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui

25) Leur discours paraît logique ou cohérent alors que leurs attitudes, leurs actes ou leur mode de vie répondent au schéma opposé

26) Ils utilisent des flatteries pour nous plaire, font des cadeaux ou se mettent soudain aux petits soins pour nous

27) Ils produisent un état de malaise ou un sentiment de non-liberté (piège)

28) Ils sont efficaces pour atteindre leurs propres buts mais aux dépens d'autrui

29) Ils nous font faire des choses que nous n'aurions probablement pas faites de notre propre gré

30) Ils sont constamment l'objet de discussions entre gens qui les connaissent, même s'ils sont absents...

 

N'oubliez pas qu'il faut au moins une dizaine de caractéristiques pour pouvoir parler de manipulateur !!!

 

 

 

 

 

Source: trouvé sur: http://www.webarabic.com...www.lespasseurs.com

 

Lorsque l'Amour...

Publié le 24/11/2014 à 19:31 par guylainounette Tags : tendresse vie monde chez roman amour background dieu nuit jardin

«Lorsque l'amour vous fait signe, suivez-le, 
Quoique ses voies soient rudes et escarpées.
Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui, 
Quoique l'épée cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.
Et lorsqu'il vous parle, croyez en lui, 
Quoique sa voix puisse éparpiller vos rêves 
comme le vent du nord saccage le jardin.
Car même s'il vous couronne, l'amour vous crucifiera. 
Même s'il vous aide à grandir, il vous élaguera.
Même s'il s'élève à votre hauteur et s'il caresse les plus tendres de vos branches 
qui frémissent sous le soleil,

Il s'enfoncera jusqu'à vos racines et secouera leur emprise dans la terre.
Comme des gerbes de blé, il vous récolte en lui-même.
Il vous bat pour vous dénuder.
Il vous tamise pour vous délivrer de votre son.
Il vous moud jusqu'à ce que vous blanchissiez.
Il vous pétrit pour vous assouplir.
Et puis, il vous soumet à son feu sacré, 
pour que vous deveniez le pain sacré du festin sacré de Dieu.

Tout cela, l'amour vous le fera subir pour que vous connaissiez les secrets de votre cœur et que, par cette connaissance, vous deveniez une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre crainte, vous ne cherchiez de l'amour que sa paix et son plaisir, Alors vous feriez mieux de couvrir votre nudité et de vous écarter de son aire de battage, Pour gagner le monde sans raisons où vous rirez sans déployer tout votre rire, où vous pleurerez sans répandre toutes vos larmes.

L'amour ne donne rien que lui-même et ne prend rien que de lui-même.

L'amour ne possède pas, et ne veut pas être possédé, 
Car l'amour se suffit à lui-même.
Lorsque vous aimez, vous ne devez pas dire: «Dieu est dans mon cœur», 
mais plutôt: «Je suis dans le cœur de Dieu. » 
Et ne croyez pas que vous pourrez diriger le cours de l'amour, car c'est l'amour, 
s'il croit que vous en valez la peine, qui dirigera votre cours.

L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir lui-même.
Mais si vous aimez et si vous devez éprouver des désirs, 
faites que les vôtres soient ceux-ci :
Fondre et devenir un ruisseau courant qui chante sa mélodie dans la nuit.
Connaître la douleur d'une trop grande tendresse.
Être blessé par votre propre connaissance de l'amour, 
Et vous laisser joyeusement saigner.
Vous réveiller le matin avec un cœur ailé 
et rendre grâces pour une nouvelle journée d'amour.
Vous reposer le midi et méditer sur l'extase de l'amour.
Rentrer le soir chez vous avec reconnaissance.
Et puis enfin vous endormir avec une prière pour l'être aimé 
qui vit en votre cœur et avec, sur vos lèvres, un chant de louanges.»

 

 

 

 

Source: Khalil Gibran....www.lespasseurs.com

Les 6 habitudes des couples heureux

HABITUDE 1 : FAIRE PLAISIR A L'AUTRE

Dans les couples heureux, chacun se donne pour but de faire plaisir à l'autre.
Il s'agit de toujours être focalisé sur le but suprême qui est de faire plaisir à l'autre, 
et de ne pas lui faire de la peine. 
Ceci semble très simple; mais dans la pratique, cela peut s'avérer très difficile.

Tenez, essayez donc pendant une seule journée d'être constamment attentif, 
pour chaque chose que vous faites ou que vous dites, en vous demandant : 
" Est-ce que ce que je vais faire ou dire va faire plaisir ou de la peine à mon conjoint ? "
Pour contrôler vos succès, chacun de vous deux devrait tenir deux listes. 
L'une pour les peines que vous cause votre conjoint, 
et l'autre pour établir ce que vous souhaiteriez que votre conjoint fasse pour vous faire plaisir. 
Puis, échangez vos listes; et vous saurez ce que vous auriez dû faire et ne pas faire. 
Il n'est de lecture plus édifiante que celle-ci !

 

HABITUDE 2 : METTEZ AU POINT DES RITUELS D'AMOUR ET D'AMITIÉ GRATIFIANTS

Les rituels sont des habitudes qui construisent et qui renforcent une relation. 
Il y avait une fois un couple qui suivait un drôle de "rituel de salutations " chaque soir, 
lorsque le mari arrivait chez lui. Voyez vous-même:
Tout d'abord, il saluait son chien et embrassait ses enfants. 
Puis, dans sa chambre à coucher, se changeait, et regardait les nouvelles à la télévision ; 
enfin, il se rendait à la salle de bains. 

Après tout cela, il allait à la cuisine et y murmurait entre ses dents à l'adresse de sa femme, 
quelque chose comme : " Est-ce qu'on pourrait vite manger, pour que je puisse me rendre à la réunion de mon comité ?".
Il y a de quoi considérer, et tout le monde comprend très bien, 
qu'un tel rituel n'est pas spécialement adapté pour augmenter l'amour dans ce couple !

A quoi ressemblent vos rituels de salutations en rencontrant et en vous quittant?

Il y avait une fois un couple qui avait observé la manière dont leur chien les saluait chaque fois qu'ils rentraient chez eux. 
Ce couple a décidé de mettre au point entre eux un nouveau rituel, 
s'inspirant autant que possible de l'exemple des chiens. 
Les chiens dans leur joie sautent en l'air et lèchent leurs maîtres. 
Ce couple décida ainsi de sauter de joie et de s'embrasser chaque fois qu'ils se retrouvaient. 
Ceci les a amusé, ainsi que leurs enfants, d'ailleurs.

Le fait est que nos gestes exercent une influence sur nos sentiments. 
Selon quels rituels vous saluez-vous, dans votre couple, en vous rencontrant et en vous quittant ? 

Voici quelques suggestions de rituels sur lesquels votre conjoint et vous-même devriez réfléchir :
- Vous envoyer l'un à l'autre chaque jour un e-mail pour faire un compliment.
- Vous téléphoner chaque jour (important surtout pour les maris)
- Accorder une importance toute particulière à l'anniversaire (de l'autre, évidemment !) 
Prévoyez une chose qui pourrait vraiment vous plaire à tous les deux. 
Plutôt que de vous sentir coincé pendant deux jours avant que n'arrive l'anniversaire, 
pour finalement courir en vitesse pour acheter quelques fleurs.
- Avant d'aller vous coucher, adressez-vous mutuellement deux compliments. Chaque jour d'autres compliments, évidemment.
- Il est essentiel que vous ayez une soirée que vous vous réserviez pour vous deux, au moins une fois toutes les deux semaines.

 

HABITUDE 3 : CONSTRUISEZ VOTRE COUPLE EN ESPACE 
OU VOUS POUVEZ DISCUTER OUVERTEMENT ET HONNÊTEMENT

Lorsqu'une relation vous fait craindre d'exprimer
votre sentiment ou votre opinion, alors elle est dite abusive. 
Les couples heureux créent entre eux un sentiment de sécurité, 
grâce auquel chacun peut sans crainte exprimer ses sentiments, ses problèmes et ses frustrations. 
Ce sentiment de sécurité offre au couple le fondement 
sur lequel se fondent toutes les négociations pour ce qui ennuie l'un ou l'autre de ses partenaires.

Il arrive à tout le monde d'entrer dans une relation, en s'attendant à certaines choses. 
Mais s'il manque à quelqu'un la capacité de communiquer et de négocier, 
ce sera la source de luttes pour le pouvoir, qui presque toujours gâchent la relation.

 

HABITUDE 4 : POUR DES DOSSIERS DIFFICILES, 
USEZ D'HABILETÉ EN MATIÈRE DE COMMUNICATION.

La technique que tout couple devrait adopter est appelée " technique écouter-parler ". 
Dans tellement de couples, l'un veut proposer des solutions 
avant même de laisser l'autre dire tout ce qu'il a à dire du problème. 
La " technique écouter-parler " prévoit qu'avant que l'on ne suggère une solution, 
chacun a pu dire tout ce qu'il a à dire du problème. 
Ceci garantit à chacun la certitude d'avoir été pleinement entendu.

Ce n'est qu'après que chaque personne a pleinement entendu 
que vous procedez au solutionnement du problème.


La " technique écouter-parler", en voici le fonctionnement. 
Une personne tient entre ses mains un objet qui symbolise 
que c'est son tour à avoir le droit à la parole. 
Pendant ce temps, l'autre personne ne pourra rien dire d'autre, 
que de répéter ou de paraphraser ce que dit celle qui a la parole. 
Notamment, elle ne pourra interrompre la première 
que si elle parle tellement que l'autre ne pourra pas tout répéter ensuite. 
Ensuite, l'emblème qui symbolise le droit à la parole passe entre les mains de l'autre personne, 
et en applique le même fonctionnement.
Lorsqu'un couple emploie cette technique, chacun des conjoints a la certitude 
qu'il sera pleinement entendu, sans être interrompu, critiqué ni agressé. 
Ce n'est qu'après l'audition mutuelle complète des conjoints, 
qu'ils commenceront à envisager les solutions qui peuvent s'appliquer au problème.

 

HABITUDE 5 : IL FAUT CONSTAMMENT ÊTRE TOURNÉ VERS L'AUTRE 
ET NON DÉTOURNÉ DE L'AUTRE

En passant près de votre conjoint, qui est assis à son bureau occupé à son travail, 
est-ce que vous vous arrêtez et lui passez la main sur les épaules, 
ou lui donnez un baiser, en lui murmurant une parole gentille à l'oreille, 
ou bien passez-vous imperturbablement ? 
Là est la distinction entre être tourné vers ou bien au contraire se détourner de.

Les couples heureux trouvent les moyens de se rapprocher sentimentalement de plus en plus.

Les recherches effectuées sur le mariage révèlent 
que dans les couples heureux on saisit chaque occasion 
qui se présente pour se tourner l'un vers l'autre. 
On cherche les moyens de se rapprocher l'un de l'autre physiquement et sentimentalement. 
Etre tourné vers l'autre signifie que l'autre est notre priorité des priorités, notre priorité numéro un.

Autre facette importante de la situation du couple dans lequel chacun est tourné vers l'autre, 
c'est que l'on essaie d'entreprendre ensemble des choses qui plaisent aux deux. 
Des promenades à deux, prendre un café ensemble après le repas, 
étudier la Tora ensemble, écouter de la musique ensemble, 
voilà de bons exemples de la manière dont on peut, dans le couple, être tourné l'un vers l'autre.

Un moyen très fort d'être tourné l'un vers l'autre consisterait à témoigner un très haut respect, 
en se levant lorsque votre conjoint entre dans la pièce. 
Est-ce vieux jeu ? Certes, oui. 
Mais il contribue à donner à l'autre un sentiment très spécial du fait qu'on est tourné vers lui.
Dans les couples où chacun se détourne de l'autre, on ne réalise pas d'intimité. 
Il est édifiant ce principe général du Talmud, disant : 
" Une bonne action entraîne une autre bonne action ; une mauvaise action entraîne une autre mauvaise action ".

 

HABITUDE 6 : QUE VOS VIES SOIENT INSPIRÉES DE PROJETS COMMUNS

Avant de se marier, les fiancés devraient se poser la question de savoir 
ce qu'ils feront ensemble pendant quarante ans. 
Car à part s'amuser, que feront-ils ensemble ?

L'essentiel dans les projets est de partager la même philosophie du but de l'existence.

En tant qu'êtres humains, nous avons besoin de nourrir des projets, 
aussi bien que nous avons besoin d'eau. 
Les couples heureux enrichissent leur relation en partageant ensemble des projets grandioses. 
Le but final de ces projets est le partage de la même philosophie du but de l'existence. 
Ceci explique que les couples observant Chabbath et étudiant la Tora ensemble, 
construisent ainsi de grandes ressources de projets communs pour leur existence.

D'autres moyens d'intégrer des projets communs dans votre existence de couple, 
consiste à rendre visite ensemble à des malades, 
à téléphoner ensemble pour consoler des endeuillés pendant les sept jours de leur deuil, 
ou à préparer le repas pour la famille de cette maman qui vient de mettre au monde son bébé.

Lorsque des couples partagent sincèrement des expériences importantes, leurs liens affectifs sont plus profonds.

Ces six habitudes vous semblent peut-être peu de choses; 
pourtant si vous les mettez en œuvre de manière sincère et consistante, 
elles formeront la colonne vertébrale d'un mariage d'un couple profondément comblé.

 

 

 

 

Source: Rabbin Dov HELLER...www.lespasseurs.com

Lettre d'Amour

Publié le 24/11/2014 à 19:29 par guylainounette Tags : vie roman amour background coeur cadeau humour fleur aimer douceur amoureux

Chères amoureuses du Soleil,
Chers amoureux de la Lune,

1- Lorsque l'amour est là, la folie douce se transforme rapidement en folie de douceur.

2- L'amour sans Amour rend aveugle.
L'amour avec Amour illumine la conscience.

3- Dans un couple d'amoureux, les ailes ne servent pas à papillonner mais, 
à recevoir la quintessence de l'Amour.

4- En l'absence d'Amour dans les mariages et les relations humaines, 
ceux-ci se transforment en sacrifices librement consentis !

5- L'amour divin attire l'amour humain qui devient alors divin.

6- Vous trouverez le cerveau de l'amour dans votre coeur ; 
celui de la peur et de la survie dans la tête.

7- Savourez les fruits de votre passion amoureuse en y invitant le Seigneur : 
Il est la source et le but de toute passion.

8- Si le jugement dernier devait arriver après l'Amour, soyez tranquille : 
il n'arrivera jamais.

9- Un (e) aveugle voit l'Amour.
Un (e) sourd (e) entend les chants/champs harmoniques de l'Amour.

10- Laissez-vous consumer par les feux de l'Amour : 
vous n'aurez aucune séquelle.

11- L'amour oublie et pardonne tout mais, ne perds jamais la mémoire !

12- Ne prenez pas la solitude pour un « kit de survie » mais, 
comme un prélude à l'arrivée de l'amour.

13- L'amour attire l'abondance et la prospérité ; 
un couple d'amoureux ne manque de rien ; 
tout ce qui existe est une manifestation de l'Amour.

14- Les scènes de ménage sont nécessaires pour faire le ménage 
et marquer une pause avant la reprise des « hostilités ».

15- Lorsque l'Amour règne dans un couple ; 
chaque qualité de l'autre devient une bénédiction et chaque défaut, 
une opportunité d'ouverture du cœur et une source de motivation ; 
c'est le chemin de la transcendance.

16- En amour, maintenez votre feu allumé car, 
il est le propulseur vers les niveaux supérieurs d'évolution.

17- L'Amour est un bouclier ; mais, dans un couple d'amoureux, 
aucun bouclier n'est nécessaire.

18- L'amour humain rend aveugle.
L'amour divin rend clairvoyant.

19- En amour, la folie des grandeurs se transforme toujours 
en folie d'abondance et de partage.

20- Quand on aime, on devient fou.
Les fous (folles) n'ont plus besoin d'aimer ; ils (elles) sont Amour.

21- En amour, ne considérez rien comme acquis ; 
car tout peut s'ébranler et s'écrouler en une fraction de seconde : 
l'Amour est imprévisible.

22- L'instant amoureux ouvre les portes du Paradis et vous y propulse ; 
les fréquences de l'amour sont toujours dirigées vers le paradis : 
c'est la voie du Retour.

23- Dans le jeu de l'amour, faites comme les papillons ; 
ne vous alourdissez pas : prélevez juste l'essentiel et remerciez.

24- Vivez vos instants amoureux pleinement ! Sans attentes ! 
Dans la plénitude du Présent ! En toute liberté !

25- L'amour est la fleur de sel de vos relations ; 
c'est lui qui donne du goût et de l'appétit : 
consommez la vie et l'amour par les deux bouts.

26- L'Amour est votre parfum d'attirance ; mettez-le tous les jours ! ! !

27- L'amour des corps éveille l'amour des âmes.
L'amour des âmes éveille l'amour des corps.

28- De vos anciens amours, ne gardez que le meilleur de l'autre car, 
c'est son cadeau à la relation : gardez le précieusement.

29- Il est impossible d'empêcher quelqu'un de vous aimer.
Il est impossible de vous empêcher d'aimer quelqu'un.

30- Dans toutes les situations de la vie, des gardes fous sont nécessaires ; 
sauf en amour car, les amoureux sont déjà fous !

31- Un espace de liberté est nécessaire à l'expansion de l'amour.
Tout amour démarre dans un espace de liberté.

32- En amour, les fruits de la passion se mangent avec Passion.

33- Au cœur de chaque relation, laissez l'Amour de la « Présence Christique » 
émerger et vous serez transformé (e) ; 
laissez-le monter à la tête et vous serez illuminé (e).

Avec humour et amour.

 

 

Source:Polaris...http://www.polarispropheties.com...www.lespasseurs.com

Le véritable Amour

Publié le 24/11/2014 à 19:28 par guylainounette Tags : moi homme chez roman amour background enfant aimer


Le seul amour digne de ce nom, ne demande ni n'attend. 
Que l'autre fasse ou ne fasse pas, donne ou ne donne pas, cela est neutre. 
Cet amour ne connaît pas la haine. 
Et comment cet amour naît-il ? 
Lorsqu'on " voit " : " C'est ainsi ". 
" J'accepte que cela soit ainsi ".
Cet amour est infiniment puissant. 
Cet amour est l'expression de la vérité (sat) 
et la vérité ne peut pas ne pas rayonner, irradier.
Celui qui donne sans chercher à recevoir 
attire tout ce qui lui est nécessaire 
pour vivre et pour croître. 
Faites quelques choses pour un autre, pour une autre. 
Pour lui. Pour elle. 
Au début l'autre se contente de recevoir, 
comme un enfant se contente de téter: " Je reçois, je reçois ". 
Chez un adulte particulierement infantile, 
cela peut durer longtemps, longtemps. 
Mais l'amour ne se lasse jamais. 
Puis, tôt ou tard, " Je reçois " fait sa place à " J'ai reçu ".
" J'ai reçu " donc " je peux continuer à recevoir ".
L'homme qui a obtenu, qui espère obtenir, éprouve : 
" Si je fais quelque chose pour celui (ou celle) qui me donne, 
je recevrai encore plus ". 
Ce raisonnement n'est guère conscient 
mais il n'en est que plus agissant. 
Et voici un homme qui commence à répondre à l'amour, 
le voici qui commence à donner, à aimer, à grandir, 
à s'engager sur la voie.
Au début il se demande: " Qu'est ce que je peux faire pour lui? "
" parce qu'il a encore besoin de continuer à recevoir. 
Mais il ne peut plus se contenter seulement de recevoir.
" Moi seulement " s'ouvre sur " moi et les autres ".
Puis viendra: " Les autres et moi " ( l'homme sage, la personne).
Et enfin : " Les autres seulement " ( le sage libéré )
On ne peut faire quelque chose, quoi que ce soit, 
pour un autre que si on se sent un avec lui, 
que si on le comprend sans aucune réserve 
et sans le moindre jugement.

 

 

 

 

Source: les chemins de la sagesse...www.lespasseurs.com

Le pouvoir de la compassion

Mickael J. Roads en train de dialoguer avec un enfant 
qui vient de lui apparaître et qui se présente comme un aspect du Soi 
qui ne s'est jamaisincarné. Vers la fin de leur dialogue, 
l'auteur pose à Thane la question suivante :

- Souvent, je me demande si j'ai suffisamment d'amour et de compassion
pour faire ce qui est nécessaire. 
Quand je croyais encore à l'illusion
de la séparation, je désirais ardemment changer le monde, 
mais ce désir reposait sur la peur et l'illusion. 
A présent que je connais une vérité plus grande, 
je n'éprouve plus le désir de changer quoi que ce soit.
Peut-être suis-je devenu trop indifférent. 
Peut-être est-ce l'explication de mon manque d'enthousiasme.

Ses yeux noirs me fixèrent avec solennité.

- Etant un aspect du Soi, je sais que c'est faux. 
N'as-tu pas éprouvé de la compassion pour les soldats romains ? 
N'as-tu pas pleuré pour l'humanité ?

- Oui, mais j'ai été lent à réagir.

- Et est-ce mal si tes sentiments profonds 
ne se manifestent pas immédiatement ?

Je demeurai silencieux.

- Te souviens-tu de l'incident supraphysique qui s'est produit 
quand tu avais dix-sept ans ? demanda Thane. 
Cela concernait une famille qui vivait dans un taudis.

- C'était un rêve, dis-je en me mettant sur la défensive.

- Tu sais très bien que non. C'était ta façon de remiser cette expérience. 
Crois-tu réellement que tu t'es endormi avec une pile de livres sur les genoux, 
dans la bibliothèque publique de Cambridge ? 
Tu as déjà du mal à faire la sieste sur un lit, dans la journée ! 
Non, Mickael, le moment était parfaitement choisi; 
c'était un moment d'ouverture et de réceptivité. 
A cet instant où, dans la bibliothèque, tu es sorti de ton corps physique 
pour entrer dans ton corps de lumière,
tu étais plus éveillé que tu ne l'avais jamais été depuis bien longtemps.

Je m'en souvenais parfaitement. 
J'étais en train de lire un livre évoquant l'amour et la compassion 
d'un médecin relativement obscur du dix-neuvième siècle, 
et des sacrifices personnels qu'il avait accomplis dans l'exercice de ses fonctions, 
lesquelles reposaient sur l'amour.
J'avais trouvé ce récit très émouvant et très inspirant. 
J'avais senti, pendant de longs moments, un mouvement intérieur, 
comme si je planais dans un espace inconnu ; 
ensuite s'était produite l'expérience que j'avais qualifiée de rêverie.

Thane sourit.

- Mais tu étais hésitant ! souviens-toi : 
tu essayais de repousser ta compassion et de nier cette expérience. 
Cependant malgré toi, tu as fini par exprimer ton amour et ton intérêt.

- Comment sais-tu tout cela ?

- Te souviens-tu de l'ange ?

- Oui, bien sûr.

- C'était moi.

- Mon Dieu !

Le souvenir de cette expérience me frappa comme une onde de choc. 
Au moment où je me laissais retomber dans la chaise-longue invisible, 
je fus saisi par l'incident, qui redevient pour moi réalité.

***

J'étais en train d'observer une maison lugubre dans un quartier sordide.
Des papiers gras et des ordures jonchaient l'escalier 
qui conduisait à la porte de derrière ; 
cette maison était un véritable taudis. 
Malgré la crainte et la répulsion que suscitait en moi cette vision étrange 
dans la bibliothèque publique, 
j'avais senti mon corps de lumière se lever de la chaise, 
marcher vers la maison et commencer à gravir l'escalier. 
Dans ma conscience physique, je désapprouvais ce qui se passait, 
mais mon corps de lumière a poursuivi son ascension 
avec une farouche détermination.

Je montais les marches en fer d'un long escalier, 
qui partait du fond d'une ruelle. C'était pendant la journée, 
mais il faisait sombre dans cette rue où le soleil ne  pénétrait presque jamais, 
cette rue étroite de la ruine et du désespoir. 
Tout ce que je touchais était couvert d'une épaisse couche de poussière, 
comme cette rambarde branlante à la peinture écaillée. 
C'était mon corps de lumière qui dirigeait mes actions, si bien 
que malgré mon dégoût, j'ai ouvert la porte délabrée et je suis entré. 
L'intérieur était encore en plus mauvais état que la porte. 
Je regardais autour de moi, atterré par le désordre et la saleté qui régnaient en ces lieux. 
C'était l'antipode de l'ordre et de la propreté auxquels j'étais habitué. 
Des casseroles graisseuses, incrustées de restes de nourriture, 
s'empilaient dans un coin ; au centre de la pièce, 
se trouvait une table et deux chaises tout aussi dégoûtantes. 
Le long d'un mur, un divan auquel il manquait un pied,
semblait avoir été récupéré dans une décharge. 
Les murs et les plafonds, souillés par de vastes taches d'humidité, 
laissaient voir une peinture décolorée qui s'en allait par morceaux. 
L'odeur envahissante de la bière avait la suprématie sur celles de tabac et de moisissure.

C'était un spectacle effarant. Quelque part en moi, 
une pensée cherchait à s'imposer : "Sors de là, vite !" 
mais j'étais retenu par un engagement intérieur. 
Plus que tout, c'étaient les occupants de la pièce qui incitaient à prendre la fuite. 
Dans l'une des chaises, un homme était affalé, la tête et le torse reposant sur la table. 
Une main sale serrait une bouteille de bière vide, 
tandis que la tête de l'homme se nichait sur l'autre bras. 
Les yeux étaient clos et des lèvres entr'ouvertes s'échappait un filet de bave. 
Une barbe de trois ou quatre jours formait un nuage gris sur son visage 
et une mouche solitaire se déplaçait tranquillement sur son crâne chauve. 
Pour compléter ce tableau de dégénérescence, une chemise tachée, 
sous laquelle se tendait un ventre ballonné par la bière, 
sortait en partie d'un pantalon miteux. 
Cet homme incarnait tout ce que je détestais de plus chez les humains.

Il n'était pas seul. Etendue sur le divan, une blonde décolorée,
débraillée, les lèvres peintes en rouge vif, 
ronflait doucement avec un gargouillis monocorde. 
Son visage était inexpressif et relâché, 
comme si tout amour-propre l'avait abandonnée depuis longtemps. 
Affublée d'un corsage qui jadis avait dû être blanc 
et d'une jupe noire tachée et froissée, elle avait l'air d'une souillon. 
De l'autre côté, quelque chose remuait. 
Assis dans les cendres d'une cheminée, je vis un garçonnet sale et maigrelet, 
fourrageant d'un air absent dans un petit tas de bois calciné. 
J'allai le rejoindre et m'agenouillais près de lui, profondément choqué. 
Il pouvait avoir un an et demi/deux ans. Il ne portait aucune marque de violence, 
mais le manque d'amour et de tendresse donnait à ce visage vieilli 
une tragique expression de désespoir. Il portait un simple tricot de corps. 
Autour des organes génitaux, la peau était rouge, crevassée et squameuse. 
Il sentait mauvais, et cette odeur de vomis et d'excréments attirait autour de lui
des essaims de mouches.

Je me redressai, dégoûté, le cœur soulevé. 
La fureur m'emplit et pendant un long moment menaça d'éclater, 
mais dans ce corps de lumière c'était impossible. 
Le moi physique, personnel, serait parti 
ou aurait injurié l'homme et la femme, verbalement ; 
jamais, il ne se serait mêlé de cette histoire. 
Mais il s'agissait ici d'un autre aspect de moi-même, 
dans un lieu et une situation qui, je le savais, étaient bien réels.

Pourquoi suis-je ici ? plaidai-je silencieusement. 
En quoi puis-je être utile ? 
Avec la clarté d'un carillon, une voix angélique se mit à me parler intérieurement. 
En même temps, je vis apparaître un Etre de lumière, 
qui était exactement tel que j'imaginais les anges, les ailes en moins. 
Il avait l'aspect d'un être humain de petite taille, et semblait éclairé de l'intérieur, 
si bien que je ne distinguais pas ses traits. 
J'étais plus déconcerté que surpris car de cet Etre émanait une pureté quintessencielle. 
Des questions se bousculaient dans mon esprit,
mais c'est l'être de lumière qui posa la première.

- Pourquoi éprouves-tu autant de répulsion à l'égard de ces gens ?

Assez surpris par sa perspicacité, je répondis néanmoins avec honnêteté.

- Parce qu'ils représentent tout ce que je déteste chez les êtres humains, 
répondis-je mentalement.

- Oublies-tu qu'ils sont tout aussi humains que toi ?

- Non, bien sûr. Mais pourquoi sont-ils tombés si bas ?

- Ainsi, tu les as jugés et reconnus coupables ?

- Ce sont eux et personne d'autre, qui ont créé cet environnement sordide. 
Il n'est donc pas question de jugement, mais d'évidence.

- Je ne réfute pas ce que tu vois. 
Je te demande de réfléchir à ce que tu ne vois pas.

- Pourquoi me critiquer ? demandai-je, quelque peu perplexe. 
Après tout, ce n'est pas moi le coupable ici.

- Tu vois. Tu as prononcé le mot coupable.

- Tu m'as troublé. Où veux-tu en venir ?

- Compassion. Compassion et non pas condamnation.

J'étais de plus en plus perplexe.

- Je ressens certaines choses, et je n'y peux rien, n'est-ce-pas ? 
Ces gens violent toutes les valeurs de décence auxquelles je crois.

- Tu affirmes être donc la victime de tes sentiments et de tes valeurs.
Ces gens ne pourraient-ils pas dire la même chose ?

A présent, j'étais en colère.

- Ecoute ! A quoi joues-tu ? 
Tu essaies de m'avoir avec des mots, c'est tout !

- Je n'essaie pas de t'avoir avec des mots. Je te les retourne
simplement pour que tu les réexamines. Voilà à quoi je joue.

- D'accord ! Supposons que j'accepte cela supposons 
que je reconnaisse avoir jugé ces gens par inadvertance. 
En quoi cela va-t-il changer les choses ?

- On ne peut véritablement changer une situation 
que si l'on est soi-même prêt à changer.

- Mais je n'ai pas besoin de changer ! 
Oh, tu veux dire, est-ce que je peux éprouver de la compassion plutôt que du dégoût ?

- Ne serait-ce pas un profond changement ?

- Oui, je suppose.

A ce moment, j'ai ressenti un sentiment d'humiliation.

- Mais qu'est-ce que la compassion ? 
J'ai honte de l'avouer, mais je ne sais pas exactement ce que cela veut dire !

- Mais si, tu le sais. Tu l'as éprouvée en lisant le livre au sujet du médecin. 
Si tu es ici actuellement, c'est parce que tu as décidé de mettre en pratique ta compassion. 
Ainsi tu l'accepteras au lieu de la nier continuellement.

J'étais étonné.

- Connais-tu tout de moi ?

- Bien sûr.

- Es-tu mon ange gardien ?

- Ange-guide serait un terme plus approprié.

- Voyons, pourquoi ne le disais-tu pas ?

- Cela change –il quelque chose ? 
Tu entends seulement quand tu le veux bien. 
Je murmure ma sagesse, tandis que ta peur et ta stupidité poussent des clameurs. 
M'écouteras-tu à présent ?

- Bien sûr.

- Accorde ton attention aux gens qui se trouvent dans cette pièce. 
Vois si tu peux découvrir dans ton cœur un peu d'amour pour eux.

Je me suis approché de l'homme, essayant de ressentir pour lui quelque sympathie. 
Mais je ne ressentais rien, rien, sinon du dégoût. 
J'ai regardé la femme qui ronflait, et j'éprouvai la même répulsion. 

- Je crains d'avoir raté mon exercice, dis-je.

J'ai alors tourné mon attention vers le petit garçon. 
Sympathie et sollicitude jaillirent en moi comme la flamme d'une allumette. 
Je me suis agenouillé près de lui et j'ai essayé de le prendre dans mes bras,
mais c'était impossible. Physiquement, je n'étais pas là. 
Je vis que ses cheveux grouillaient de poux et 
j'ai senti les vagues de désespoir qui le submergeaient. 
Je voulais le serrer dans mes bras, le réconforter.

- J'ai pitié. Plus que tout au monde, je désire venir en aide à ce pauvre petit. 
Mais quant à ses parents, que le diable les emporte!
Regarde ce qu'ils lui ont fait.

- Ainsi donc, tu ressens une étincelle d'amour limité, 
mais aussi de l'intolérance et même de la haine. 
Est-ce tout ce dont tu es capable ?
Ne comprends-tu pas encore que ce n'est pas l'âge 
qui détermine qui est l'enfant dans cette pièce ?

Je me sentais attaqué et voulais répliquer.

- Qu'est-ce que tu racontes ? 
Que je les aime ou non, qu'est-ce que cela peut bien faire ?

- Si tu peux les aimer, les accepter tels qu'ils sont, 
cet amour devient une lumière dans leurs ténèbres, 
une porte qui s'ouvre, alors que toutes les autres demeurent closes. 
Cela leur permet de commencer à ressentir un peu d'amour-propre, 
de passer du désespoir à l'espoir. 
Ces deux êtres sont consumés par le dégoût d'eux-mêmes. 
Crois-tu qu'ils doivent encore s'y enfoncer davantage ? 
S'ils sont dans cette situation, c'est parce qu'ils ne peuvent pas se regarder en face. 
Ils ont besoin d'être aimés pour ce qu'ils sont, 
non pour ce qu'ils pourraient être dans des circonstances différentes.

- Si tu sais tant de choses et si tu peux aimer tout le monde, 
pourquoi ne pas leur donner ton amour ? 
Tu es manifestement plus doué que moi, dis-je d'un ton de défi.

- Hélas, ce n'est pas l'amour des anges qui fera progresser l'humanité.
C'est l'amour de chacun de vous, pour autrui et pour tous. 
Et plus encore, c'est l'amour que vous vous portez. 
Voilà la grande leçon de l'humanité.

Malgré mes réticences, je savais que le problème auquel 
je me trouvait confronté aurait des répercussions sur toute ma vie. 
Davantage encore, peut-être, que pour les gens de cette pièce.

Sachant qu'on ne peut pas se forcer à aimer, je me suis accroupi à côté du garçon, 
me concentrant sur lui. J'ai laissé la sympathie grandir entre nous, nous lier et nous unir. 
Peu à peu, j'ai senti quelque chose émerger des profondeurs de mon être 
et sortir de moi pour aller étreindre le petit garçon. 
A cet instant, j'ai remarqué la lumière qui nous entourait et qui ne cessait de croître. 
Lentement, l'Amour-Lumière qui était sous mon contrôle 
sans que je sache exactement comment se répandit dans toute la pièce 
et finalement engloba l'homme et la femme dans son aura. 
A la fois surpris et émerveillé, je réalisai que les parents m'importaient beaucoup. 
Mais ce sentiment émanait d'un niveau tellement profond 
que je n'en avais jamais encore soupçonné l'existence.

A mesure que mon acceptation de la famille s'imposait à ma conscience,
l'Amour-Lumière s'intensifiait. Alors il se produisit quelque chose. 
La femme ouvrit les yeux et regarda l'enfant. 
Une expression de dégoût pour elle-même passa sur son visage ; 
secouant la tête de pitié, elle se leva du divan et traversa la pièce d'un pas hésitant. 
Elle ne pouvait pas me voir et ne pouvait voir ni l'ange ni l'Amour-Lumière. 
Prenant le petit garçon dans ses bras, elle l'embrassa sur le front 
et ouvrit de grands yeux en apercevant les poux qui circulaient dans ses cheveux. 
Ses paroles étaient un cri de désespoir.

- Mon Dieu, Bill, on ne peut pas laisser le gosse dans cet état. 
Bon sang, que de mal on se fait !

Bill se redressa en grognant.

- Qu'y a t-il ? Que dis-tu ?

- Je dis que nous devons nous sortir de cette misère. 
Le gosse est plein de poux et nous deux on pue l'alcool. 
Bon sang, Bill, ça ne peut plus durer comme ça. 
Comment est-ce qu'on a pu en arriver là ? 

Bill regarda l'enfant, le visage crispé par un sentiment de culpabilité.

- Je ne sais pas, marmonna t-il, je ne trouve pas de travail.

- D'accord, tu ne trouves pas de travail, 
mais est-ce une raison pour vivre comme des porcs ? 
Mon Dieu ! On dirait que je découvre cette pièce. 
Elle pue et toi aussi… et moi aussi.

Elle se mit à pleurer, le regard noyé de honte et de chagrin.

L'ange se tourna vers moi, sa lumière parsemée d'étincelles dorées.

- La guérison a commencé. Tu as été l'agent du changement 
parce que toi aussi tu as accepté de changer, même si c'est d'une façon limitée. 
Comme tu t'en doutais, il s'agit d'une situation réelle 
et cette famille commence maintenant à sortir du tunnel. 
Avec l'aide des autres, ils pourront remonter la pente.

J'étais heureux de la tournure prise par les événements, 
mais la remarque au sujet des limites de mon changement m'irritait.

- En quoi mon changement est-il si limité ? C'est du dénigrement.

L'énergie angélique se dirigeait directement sur moi.

- Crois-tu ? Regarde ces gens et vois ce que devient ton amour.

Je regardai la famille qui émergeait de son apathie et des brumes de l'alcool. 
Alors, ce fut le choc ! Soudain, voici que l'homme avait mon visage, 
de même que la femme et le garçon ! Ils avaient tous mon visage.
Je battis en retraite, dégoûté et l'Amour-Lumière baissa brutalement d'intensité.

- Tu vois ! Tu arrives à éprouver un peu d'amour pour eux, 
mais si je te présente ton image en eux, de nouveau la répugnance te saisit.

- Mais… mais… mais…

Je bafouillais lamentablement.

- Mais tu dois accepter en toi ce que tu acceptes chez les autres. 
Tu condamnes en toi ce que cet ivrogne symbolise. 
Il est cette partie de toi-même qui échappe souvent à tout contrôle, 
l'aspect qui s'apitoie sur lui-même et te considère indigne. 
Comment guérir ? En t'aimant toi-même.
La femme est ton aspect féminin et ne correspond pas forcément 
à ta conception de la beauté féminine. 
Ton moi féminin est choqué par la laideur, mais ne la condamne pas. 
Aime ton moi féminin et non l'éclat d'une beauté factice. 
Et l'enfant est l'enfant en toi, négligé dans sa course vers l'âge adulte. 
Ressuscite et vénère l'innocence et l'acceptation de soi de l'enfant. 
Pour cela, aime l'enfant en toi, l'enfant tel qu'il est 
et non tel que tu voudrais qu'il soit.

Ces paroles silencieuses se répercutèrent en moi 
avec une intensité croissante, 
comme si elles étaient destinées à se graver pour toujours dans ma psyché. 
La lumière angélique s'alluma d'un éclat si violent que
mes yeux s'ouvrirent brusquement, tandis que ma tête se détournait instinctivement. 
J'étais assis dans la bibliothèque, 
et sur mon visage tombait d'une fenêtre étroite et haut perchée, 
un vif rayon de soleil.

Fortement secoué, j'essayais de digérer tout ce qui venait d'arriver. 
La bibliothèque était bien celle où j'avais coutume de me rendre régulièrement ; 
toutefois, je constatais, sans pouvoir me l'expliquer,
que les chemins des réalités expansées s'étaient rencontrées 
et avaient fusionné. Ce qui s'était passé ne me plaisait pas. 
Il m'était très pénible de penser au dégoût que j'avais éprouvé 
en voyant mon visage sur ces habitants du taudis. 
Regarder en face la vérité aveuglante –mes insuffisances- était trop douloureux ; 
aussi l'ai-je fait passer aux oubliettes.

Trop de choses s'étaient révélées. 
J'ai enfoui cette expérience dans les profondeurs obscures de mon être, 
où demeuraient déjà tant d'émotions et de pensées infâmes. 
Au lieu d'accepter la possibilité de m'examiner honnêtement, 
mais sans me juger, je l'ai repoussée.

…/… Comment avais-je pu rejeter ainsi une telle expérience ? 
Il avait fallu un catalyseur comme Thane 
pour qu'elle puisse remonter à ma conscience. 
Elle s'était manifestée régulièrement dans mes rêves 
au cours des années qui avaient suivi, mais là encore, 
j'avais décrété que ces rêves n'avaient aucun sens.

- C'est la valeur potentielle des rêves, dit Thane, 
qui avait entendu mes pensées pendant le sommeil, 
la conscience peut œuvrer activement au progrès intérieur, 
car à ce moment les désirs et les besoins que le mental 
doit s'employer à satisfaire sont absents. 
La conscience cherche toujours à remplir un objectif plus élevé. 
Mais crois-tu encore que tu n'as pas la compassion nécessaire ?

Je réfléchis quelques instants ; mais je savais maintenant 
qu'il y avait en moi de la compassion. 
J'étais peut-être lent à démarrer, 
mais je ne pouvais nier la présence de cette force intérieure 
qu'est la compassion.

Thane sourit. Il savait !

 

 

Source: Mickael J Roads, Retour à l'unité...www.lespasseurs.com

 

Le discours sur l’Amour

Publié le 24/11/2014 à 19:25 par guylainounette Tags : vie roman amour background coeur mort heureux enfant

Celui ou celle qui veut atteindre la paix doit pratiquer la droiture, l’humilité et être capable d’employer des mots doux et affectueux. Il ou elle sait vivre dans la simplicité et le bonheur, les sens apaisés, sans être avide ni se laisser entraîner par les émotions de la majorité. Qu’il ou elle ne fasse rien qui soit désapprouvé par les sages. Et voici ce qu’il ou elle contemple :

"Que tous les êtres soient en sûreté et heureux, et que leur coeur soit rempli de joie.

"Que tous les êtres vivants soient en sécurité et en paix, les êtres frêles ou forts, grands ou petits, visibles ou invisibles, proches ou lointains, déjà nés ou encore à naître. Que tous demeurent dans la parfaite tranquillité.

"Que nul ne fasse de mal à autrui. Que nul ne mette la vie d’autrui en danger. Que nul, par colère ou malveillance, ne souhaite de mal à autrui.

De même qu’une mère aime et protège son unique enfant au risque de sa propre vie, cultivons l’Amour Infini et offrons-le à tous les êtres vivants dans le cosmos entier. Laissons notre Amour Infini se répandre dans tout l’univers, au-dessus, en-dessous, et dans chaque direction. Notre amour n’aura aucun obstacle, notre coeur sera libéré de toute haine et animosité. Debout ou assis, allongé ou en marchant, tant que nous sommes éveillés, nous devons maintenir cette pleine conscience de l’amour en notre coeur. Ceci est la plus noble façon de vivre.

Libres de toute idée fausse, de toute avidité et des désirs des sens, vivant dans la beauté et réalisant la Compréhension Parfaite, ceux qui pratiquent l’Amour Infini transcenderont certainement Naissance et Mort.

 

 

 

 

Source: www.buddhaline.net...www.lespasseurs.com


DERNIERS ARTICLES :
ENCADREMENTS+POUR+SIGNATURE
           
Enigma-Era-Gregorian - Moment Of Peace

FIDELE JUSQU' APRES LA MORT.....
  // <!CDATA (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)0; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect
Tu resteras à jamais dans Mon Coeur, je T'aime
  Quand une Personne veut partir, laisse-la aller...Peu importe combien tu veux la garder... Tu ne pourras pas retenir quelqu'un... Dont les Sentiments ne sont Plus les
C'est ce qu'on appelle un chat obstiné!

forum